♡ Canada & U.S. flat rate shipping 7$ AND FREE shipping on orders over 100$ before taxes ♡

Vivre un peu mieux

Posted by on

Eh oui ! C’est encore moi, avec mes grosses réalisations de vie. Juste une personne parmi tant d’autres qui essaie de devenir la meilleure version d’elle-même.


Il y a quelque temps, je me suis mis à me questionner sur d’autres aspects de ma vie. Sur les petits gestes et valeurs du quotidien qui peuvent faire une différence.  Je me suis rendu compte d’à quel point tout va souvent tellement trop vite autour de nous, qu’on est souvent très déconnectés des choix que l’on prend. En fait, j’ai eu la soudaine impression que le mode de vie typique de la majorité de la société, celui dans lequel la plupart des gens autour de moi ont été élevés, ne nous laisse en fait pas vraiment de choix. Que ce soit la manière que l'on consomme ou qu’on nous demande de vivre en suivant un certain rythme.

 

Des documentaires, des vidéos, des articles, j’en avais vu et lu depuis des années. Mais il faut croire qu’il fallait que ça me frappe de plein fouet par moi-même encore une fois pour vraiment réaliser ce que ça impliquait ces petits changements-là. Décider de « mieux » vivre, ça paraît stupide à dire, mais ça ne peut pas se faire à cause d’une mode ou d’un vidéo. On a beau faire les changements, mieux manger, apporter nos sacs et nos contenants réutilisables, ne pas prendre de fameuses pailles avec son café ; oui, c’est mieux que rien de le faire quand même, sans en avoir réellement envie. Mais, si on fait tout ça parce que « les autres le font », parce que c’est imposé, on n’a encore rien compris. Ce n’est pas un choix et on risque d’arrêter à tout moment, comme quelqu’un qui se met au régime et l’abandonne le lendemain parce qu’il s’est senti obligé de le faire au départ.

On a tellement de pression ces temps-ci pour vivre mieux, vivre « parfaitement ». Prendre soin de soi, être zen, être écologique, être éthique, être tout ce qu’on ne fait pas déjà, ou l’être plus finalement ! Ça va la pression ? Vous me suivez ? Êtes-vous encore zen ? Probablement pas. C’est normal parce que d’un côté on nous bombarde et nous apprend à consommer, à suivre le rythme toujours plus frénétique de la société et de l’autre, on nous réprimande de le faire.

Ceci n’est pas un autre article qui vous fait sentir coupable et montre à quel point quelqu’un d’autre réussit mieux que vous à faire de bons choix de vie. Tricher sur mes efforts, je le fais constamment. Échouer aussi. Récemment, j’ai tout simplement arrêté d’essayer de faire ces choix « parce que c’est bien » et commencé à les faire pour moi. Parce que j’ai enfin compris ce qu’ils voulaient dire et que ça correspondait mieux avec mes valeurs. Mon processus sera probablement long et, je l’assume, probablement jamais parfait ou complété.

Je suis encore celle qui va à l’épicerie et oublie son sac. Je suis encore celle qui n’a pas complètement réussi à remplacer le gâteau au fromage de sa fête par un gâteau au « fauxmage » fait à base de noix de cajou. Celle qui s’en met un peu trop sur le dos et ne s’écoute pas toujours. Celle qui a de l’anxiété et fait une crise de panique malgré toutes les techniques de relaxation qu’elle connait. Mais je suis celle qui l’autre jour a décidé de commencer à aller au marché fermier encourager des producteurs locaux. Qui s’est découvert une passion pour le jardinage biologique cet été. Qui a enfin compris ce que le suremballage représentait et a commencé à le voir partout et l’éviter. Qui achète moins et mieux. Qui s’est trouvé de beaux sacs réutilisables qu’elle aime cette fois, pour ne plus les oublier. Qui continue de tester des recettes et des sortes de « fauxmages », qui en attendant réduit et commence à trouver ça bon. Qui s’est mis à aimer la méditation et se télécharger des podcasts. Celle qui surtout, apprend à se respecter au travail notamment et commence à refuser des situations qui ne respectent pas ses valeurs.


Je suis celle qui essaie de vivre un peu plus lentement, un peu mieux et un peu plus simplement.


Et vous ?

Vous savez quoi ? Soudainement, quand ces choix ne semblent plus être des réprimandes, ils ne semblent plus si difficiles à atteindre ou réservés aux gens « parfaits ». Pour une fois, ils semblent être des choix. Des choix qu’on fait pour se sentir bien, pour s’aimer un peu plus et aimer un peu plus les autres autour de nous et la planète sur laquelle on vit. Arrêtons d’essayer de vouloir être parfaits. Commençons par comprendre pourquoi et définir ce que ces changements veulent dire pour nous. C’est comme ça, je crois, qu’on fait des changements durables.


Audrey Clément

← Older Post



Leave a comment